Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 08:25

http://media.ville-courbevoie.fr/uploads/pics/villeinternet.jpgÇa y est, Courbevoie a trouvé le Graal et décroché la plus haute distinction des villes connectées, ajoutant au 31 janvier 2013 une arobase à ses quatre déjà amplement méritées. Comme l'explique le site de la mairie, il aura suffi à la ville d'ouvrir sa page Facebook,  au maire de mener quelques tchats prétendument interactifs, et aux services municipaux d'organiser enfin l'inscription en ligne des enfants aux activités périscolaires pour entrer pleinement dans l'ère connectée. Il est presque étonnant que le vote électronique, l'abus du passeport numérique, le port par chaque enfant scolarisé d'une carte à puce RFID ou encore la vidéosurveillance ne soient pas cités comme d'autres clés du succès de la mairie dans sa conquête du trophée des nouvelles technologies. Voilà en tout cas un trophée dans le monde virtuel que le maire pourra exploiter pour défendre sa modernité dans la campagne bien réelle de 2014.

Repost 0
Published by vince vabohda - dans Les primaires de l'UMP
commenter cet article
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 13:53

http://static5.businessinsider.com/image/4d6e4a6fcadcbbd368190000-900/falling-cat.jpgFin juin dernier encore, ses collègues UMP du Conseil Général des Hauts-de-Seine souhaitaient l'ostraciser, le traitaient en Judas et aspiraient à se débarasser définitivement de lui. Cela faisait suite à la parution du brulôt Le Monarque, son fils, son fief, écrit par sa directrice de cabinet au Conseil Général, Marie-Célie Guillaume, qui décrivait déjà toutes les tentatives précédentes du même genre.

En octobre, il se retrouve de nouveau sur la sellette, sa réélection à la députation ayant été invalidée par le Conseil Constitutionnel. Sa réélection annulée de juin n'avait déjà tenu qu'à 191 voix d'avance sur plus de 53000 suffrages exprimés, et le nouveau vote suite à la décision du Conseil Constitutionnel allait prendre place en pleine crise institutionnelle à l'UMP, le 16 décembre, au sommet de l'affrontement entre Jean-François Copé et François Fillon. Qui plus est, tandis que l'essentiel des élus UMP des Hauts-de-Seine s'étaient rangés derrière Jean-François Copé, lui avait soutenu François Fillon. On aurait pu s'attendre au pire pour lui, une occasion rêvée pour ses ennemis de l'intérieur de le sortir de l'échiquier des Hauts-de-Seine.

Et pourtant, l'incroyable est survenu: toute l'UMP s'est rangée derrière Patrick Devedjian, avec les premiers lieutenants de Fillon et Copé, respectivement Valérie Pécresse et Christian Jacob, ensemble et à ses côtés pour le soutenir lors de sa campagne à Bourg-la-Reine le 4 décembre! Même l'UDI, qui confirme chaque jour un peu plus son statut de parti annexe de l'UMP, s'est affichée à Bourg-la-Reine et à Antony pour le soutenir. Comment l'expliquer?

L'urgence de prévenir une déroute de l'UMP consécutive à la lutte fratricide et auto-destructrice que se livraient Fillon et Copé fut l'argument le plus souvent évoqué par les médias. D'autres ont noté que, à la différence des élus UMP des Hauts-de-Seine, les militants alto-séquanais avaient porté François Fillon devant Jean-François Copé: non seulement Patick Devedjian avait soutenu le bon cheval, localement, mais il y avait nécessité pour les élus copéistes des Hauts-de-Seine de ne pas s'écarter plus de leur électorat. Enfin, il fallait protéger le 'fief', le département des Hauts-de-Seine restant la pompe-à-fric et une base électorale solide de la droite républicaine ; une percée de la gauche aurait marqué un tournant historique, voire l'enclenchement d'un mouvement de conquête du département par la gauche.

Dans tout ça, on notera l'étonnante résilience du président du Conseil Général, qui parvient une fois de plus à retomber sur ses pieds malgré son instinct de loup solitaire détaché de la meute.

Repost 0
Published by vince vabohda - dans Les primaires de l'UMP
commenter cet article
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 20:32

Cope-FillonChaque semaine nous en apprend décidément plus sur le conseiller municipal de Courbevoie en charge des grands projets concernant La Défense et les territoires limitrophes. Eric Cesari, par ailleurs directeur général de l'UMP depuis 2007, est en effet au coeur des tribulations actuelles des primaires de l'UMP.

Les finances du parti sont exsangues? En cause: certes, les échecs aux diverses élections des cinq dernières années qui plombent le financement public du parti, le non-respect de la parité qui lui vaut une amende, la baisse du nombre d'adhérents depuis 2007 qui réduit les cotisations perçues, l'endettement pour acheter le siège de la rue de Vaugirard dans le XVe arrondissement de Paris en 2011, ou encore l'explosion des frais de communication du parti sous la présidence de Jean-François Copé au profit de communicants proches de lui ainsi que le financement de micro-partis dont celui... de Jean-François Copé (selon le Canard Enchaîné, encore). Mais Dominique Dord, trésorier du parti depuis 2010 (en remplacement d'Eric Woerth) jusqu'à sa démission le 26 novembre dernier, met aussi en cause les notes de frais somptuaires des cadres du parti. Eric Cesari n'affirmait-il pas déjà en 2008 au Parisien : "Je suis régulièrement à Courbevoie, mais je voyage beaucoup... comme tous les gens qui ont des responsabilités à Paris et la famille en province, et nous sommes nombreux dans ce cas." Apparemment rien de choquant pour un copéiste donc de se faire rembourser des frais de déplacements hebdomadaires entre Paris et Rouen (dont il fut le maire-adjoint jusqu'en 2007) quand son fief électoral est en banlieue parisienne. Et maintenant que le filloniste Dord a pris la porte, plus d'empêcheur de voyager en rond ne viendra le contredire.

Le parti se déchire? La question des finances du parti n'y est sans doute pas étrangère. Mais les basses manoeuvres accaparent le devant de la scène et Eric Cesari en était en tant que président, nommé par Jean-François Copé, de la désormais célèbre Commission de Contrôle des Opérations Electorales (COCOE) et membre, sans parti pris et toujours nommé par Copé, de la non-moins célèbre Commission Nationale des Recours (CNR, pour rester poli). Avec le succès que l'on sait.

Repost 0
Published by vince vabohda - dans Les primaires de l'UMP
commenter cet article
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 08:25

http://media.ville-courbevoie.fr/typo3temp/pics/bb8d017aa0.jpgSuperbe numéro de communication et de méthode Coué dans le Courbevoie Mag n°85 d'octobre 2012: la couverture annonce ainsi: "Rentrée 2012 : pari réussi!". La première de couverture est reprise dans un "dossier" en page 9, qui énonce les nouveautés de la rentrée 2012: nouveau marché de restauration scolaire, nouveau marché informatique "pour développer l'apprentissage numérique", travaux de rénovation, redéfinition des missions des infirmières scolaires, classes de musique, création de postes d'animateurs de bibliothèque scolaire et mise en ligne d'un nouvel Espace Famille. Mais, mais, mais, où est le changement des bornes de badgeage des cartes Qualité de Ville des élèves dans les écoles, qui a donné lieu à un énorme plantage à la rentrée, encore non résolu un mois plus tard?

On éclate de rire ensuite en page 17 quand on apprend que l'adjointe au maire de Courbevoie en charge de la vie scolaire et de la jeunesse, Marie-Pierre Limoge, qui s'était lâchement défaussée de la responsabilité de ce ratage sur la société privée qu'elle avait choisie, à qui elle avait établi un cahier des charges et dont elle s'était abstenue de contrôler le produit livré, a été nommée chevalier de l'Ordre des Palmes académiques! (il est vrai que ça remonte au 2 juillet, donc avant la rentrée scolaire). Pour avoir laissé Jean-André Lasserre, le principal opposant du maire, remporter en 2011 le canton sud de Courbevoie dans lequel elle se présentait avec le soutien du maire, elle mériterait même qu'on lui décerne la légion d'honneur.

Repost 0
Published by vince vabohda - dans Les primaires de l'UMP
commenter cet article
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 18:34

Kossoswki-aux-cotes-de-Cope.jpgDans le duel qui oppose François Fillon à Jean-François Copé pour la présidence de l'UMP, Jacques Kossowski, maire de Courbeboie, a choisi son camp. A l'occasion d'un rendez-vous le 4 septembre 2012 apparemment organisé par Jean Sarkozy au Winston, café éminemment sarkozyste de Neuilly-sur-Seine, Jacques Kossowski s'est ostensiblementhttp://owni.fr/files/2011/09/Cope-Takieddine.jpg affiché aux côtés du président candidat à sa propre succession. Il rejoignait ainsi Roger Karoutchi, et surtout Charles Pasqua, le couple Balkany, Jean Sarkozy et Pierre Charon, bref une belle brochette d'élus et anciens élus remarquables des Hauts-de-Seine. Ne manquait plus que Rachida Dati, et on aurait cru à l'écriture du premier chapitre du second tome du Monarque, son fils, son fief. Jacques s'imagine peut-être déjà aux côtés de Rachida dans la piscine de Ziad Takkiedine.

Repost 0
Published by vince vabohda - dans Les primaires de l'UMP
commenter cet article
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 11:17

Bornes-de-badgeages.jpgPetit suivi d'actualité, surtout que les circonstances s'y prêtent! En mai dernier, nous nous réjouissions de l'effort de la municipalité qui avait entrepris d'organiser les inscriptions des enfants de Courbevoie aux activités périscolaires pour l'année 2012-2013 par internet, plutôt que de contraindre leurs parents à se déplacer un jour ouvré jusqu'à la mairie pour y faire la queue pendant des heures. Les inscriptions ouvraient le 4 juin dernier, et nous avions promis de faire un retour sur la manière dont elles se passeraient.

L'inscription eut effectivement lieu sur un site internet, le nouvel Espace Famille du site de la mairie de Courbevoie, mais en pratique une bonne partie se fit par courrier électronique : ainsi tous les documents nécessaires à l'inscription ne purent pas être télétransmis directement sur le site mais devaient être envoyés, en plusieurs exemplaires, à jusque trois adresses e-mail différentes. Gare aux confusions et aux oublis!

Ensuite, ce mode d'inscription ne rendit que plus flagrant une des failles du service rendu, dénoncé par l'opposition qui va jusqu'à parler de pénurie entretenue de l'offre d'activités à Courbevoie : le manque de places. En effet, dès 9h du matin le 4 juin, premier jour d'inscription, vous saviez sur internet que plus aucune place n'était disponible aux activités que vous demandiez. Au moins aviez-vous évité de faire la queue à la mairie jusqu'en début d'après-midi pour le vérifier, ce qui est presque une consolation.

La facturation n'en est pas davantage ressortie plus claire. Il convient désormais que les parents alimentent deux comptes distincts, au lieu d'un, et le détail des prestations facturées à l'année, au trimestre, au mois ou à la consommation n'est pas davantage fourni, si bien que l'avance demandée à la rentrée s'avère d'une opacité totale... et d'un montant double de celui appelé chaque mois l'année précédente.

Au final, reconnaissons quand même un processus beaucoup moins consommateur de temps, de stress et de déplacements que l'an dernier. Forte de cette avancée, la municipalité a décidé d'aller plus loin. Au cours de l'été, elle a remplacé les bornes des Cartes Qualité de Ville dans les écoles par de nouveaux modèles. Mal lui en a pris : annoncé aux parents d'élèves par courrier électronique accompagné d'un mode d'emploi quelques jours avant la rentrée scolaire, ce changement s'est traduit la première semaine de la rentrée par une cohue et des embouteillages tous les matins à l'arrivée des élèves dans les écoles. Entre les nouvelles bornes qui ne fonctionnaient pas et celles bien en service mais qui peinaient à lire les cartes, le personnel administratif se trouvait rapidement contraint de laisser les enfants entrer sans badger, sans quoi l'exercice se serait étalé jusqu'en milieu de matinée à chaque fois.

Dans un courrier envoyé hier par e-mail aux parents d'élèves (voir vignette ci-contre), la municipalité annonce qu'elle suspend temporairement après cette première semaine l'utilisation des bornes pour la Carte Qualité de Ville dans les écoles. On notera avec quelle élégance la municipalité y rejette la faute sur le prestataire privé chargé de la mise en oeuvre de ces nouveaux outils, oubliant que c'est elle qui en premier lieu a choisi de déléguer au privé ce chantier, en deuxième lieu a choisi le délégataire, et en troisième lieu s'est abstenue de contrôler la qualité de sa prestation avant que les élèves, leurs parents et les personnels administratifs des écoles de Courbevoie ne se voient improvisés beta-testeurs à leur insu. Pour une ville à quatre arobases au label Ville Internet, cet échec a son hashtag: #FAIL.

Repost 0
Published by vince vabohda - dans Les primaires de l'UMP
commenter cet article
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 01:18

(Aux Editions du Moment, 237 p., 18,50€)

 

Le-monarque.jpgD'abord, les lieux:

- le Vieux Pays: la France;

- la Principauté: alternativement le département des Hauts-de-Seine et son Conseil Général;

- Little Manhattan: alternativement le quartier d'affaires de La Défense et l'établissement public d'aménagement de ce quartier (l'EPAD).

- Rockyville: Neuilly-sur-Seine, ville emblématique des Hauts-de-Seine dont Nicolas Sarkozy fut le maire pendant dix-neuf ans.

 

Les détails biographiques prodigués tout au long du roman permettent de rapprocher certains personnages de personnalités qui leur ressemblent fort:

- Le Monarque / Rocky: Nicolas Sarkozy, élu à la tête de la France, il est originaire des Hauts-de-Seine.

- La première Première dame: Cécilia Sarkozy, épouse du Président, accompagna l'ascension de son mari et le quitta peu de temps après son élection.

- La deuxième Première dame: Carla Bruni-Sarkozy, épouse du Président, chanteuse et ex-top model. Elle l'épousa quelques mois après son divorce de Cécilia.

- Préfet Tigellin: Claude Guéant, collaborateur le plus proche de Nicolas Sarkozy. Ses champs de prédilection sont les Affaires intérieures et la diplomatie parallèle. Ancien disciple de Charles Pasqua, il connaît bien les Hauts-de-Seine et continue à surveiller ce qui s'y passe.

http://www.asterix.com/encyclopedie/personnages/perso/g02b.gif- Hareng Saur: Eric Cesari, homme de main de Claude Guéant.

- Maître Jourdain: Henri Guaino, plume du Président. Disciple de Jules Michelet, il truffe les discours du Président de références historiques lyriques et approximatives.

- Conseiller aux Cultes: Patrick Buisson, journaliste, politologue, est l'homme qui murmure à l'oreille du Président. Inspirateur de sa posture droitière, focalisée sur les questions d'immigration et d'identité nationale.

-Langue-de-VIP: Pierre Charon, bouffon du Président, roi des imitations et des potins en tout genre. Nommé responsable des chasses présidentielles en récompense des services rendus.

- Langue-de-Bois: Franck Louvrier, porte-parole du Président. Il fabrique les éléments de langage destinés à la presse et les distribue aux perroquets officiels chargés de relayer la bonne parole. Parmi eux:

- La Pravda: le Figaro.

- Cheftaine: Emmanuelle Mignon, conseillère atypique et inclassable du Président, connue pour son caractère de cochon et sa puissance de travail.

- Sherpa Marly: Jean-David Levitte, conseiller diplomatique du Président.

- Muet d'Orsay: Bernard Kouchner, ministre des Affaires Etrangères.

- Gazelle du Sénégal: Rama Yade, ministre des Droits de l'homme puis du Sport.

- Belle-Amie: Rachida Dati, garde des Sceaux.

- @fdebeauce: François Fillon, discret et endurant Premier Ministre.

- L'Arménien: Patrick Devedjian, président du conseil général des Hauts-de-Seine, désigné par les élus UMP du département pour succéder à Nicolas Sarkozy après son élection au poste de Président de la République.

- Baronne: Marie-Célie Guillaume, principale collaboratrice de Patrick Devedjian (son DirCab), dirige son équipe au conseil général des Haut-de-Seine. Accessoirement, auteur du livre.

- Fée Clochette: Emmanuelle Guinaudeau, plus proche collaboratrice de Marie-Célie Guillaume.

http://static.mediapart.fr/files/imagecache/475_pixels/Christine%20Marcandier/jeansarkozy.gif- Le Dauphin: Jean Sarkozy, fils du Président, élu au conseil général des Hauts-de-Seine à vingt et un ans.

- Don Leonard: Charles Pasqua, figure tutélaire des Hauts-de-Seine, dont il fut le président du conseil général. Désormais en semi-retraite, il préside une université financée par le conseil général.

- Les Thénardier: Isabelle et Patrick Balkany, couple indissociable à la réputation sulfureuse. Meilleurs amis du Président. Patrick est député-maire, Isabelle est vice-présidente au conseil général, autoproclamée marraine politique de Jean Sarkozy.

- Trépané du Local: Alain-Bernard Boulanger, maire et premier vice-président au conseil général des Hauts-de-Seine.

- Cinglé Picrochole: Philippe Pemezec, maire et vice-président au conseil général. Ancien chef de cabinet de Devedjian, il est nommé secrétaire du Parti à l'instigation de Jean Sarkozy.

- Culbuto du Centre: Hervé Marseille, maire et vice-président au conseil général, il y représente la sensibilité centriste. Comme le chef de son parti, il est connu pour ses blagues et ses imitations.

- L'Humoriste Attitré: André Santini, connu pour ses blagues et ses imitations.

- Lesieur Homais: Jean-Jacques Guillet, député, quitte le conseil général à la faveur de son élection comme maire. Ancien collaborateur de Charles Pasqua, il dirigea notamment pour lui sa politique de coopération africaine.

- Le Doyen d'âge: Charles Ceccaldi-Raynaud, ancien maire supplanté par sa fille, ne siège plus qu'au conseil général.

- Chihuahua: Thierry Solère, vice-président au conseil général et ami de Jean Sarkozy.

- Gominet: David Martinon, ancien conseiller diplomatique du Président, devenu porte-parole de l'Elysée par la grâce de Cécilia Sarkozy, sa protectrice. Il est parachuté à Neuilly-sur-Seine pour les municipales. 

- Braconnier: Jean-Christophe Fromantin, chef d'entreprise. Il se présente à la mairie de Neuilly-sur-Seine face à David Martinon, le candidat officiel.

- Recalé: Arnaud Teullé, collaborateur du Président chargé du suivi de sa ville et de ses administrés. Le rêve de sa vie: devenir maire de Neuilly-sur-Seine.

- Dioraddict: Marie-Cécile Ménard, amie de jeunesse de Nicolas Sarkozy. Elle lui succède comme représentante de Neuilly-sur-Seine au conseil général.

- Duchesse Aquarel: Béatrice Jérôme, journaliste au Monde.

Papillon Kabyle: Saïd Mahrane, journaliste au Point.

- Le Chinois : ami et protecteur de Marie-Célie Guillaume, féru d'acupuncture et de médecines douces.

- Madame de P.: Marie-Louise F., maire et parlementaire de province.

- Le Préfet: Patrick Strzoda, représentant de l'Etat au sein des Hauts-de-Seine.

- Le Coach: Julie Ferrez, professeur de gymnastique du Président.

- Karatéka: Chantal Jouanno.

- Le Tsar: Vladimir Poutine.

- Le Cosaque: Mikhail Saakachvili.

http://2.bp.blogspot.com/_xSLS8UqkZQk/S3nIJFeSobI/AAAAAAAAAYk/yHG0Q-DZ6RE/s1600/semp%C3%A9.jpg

Repost 0
Published by vince vabohda - dans Les primaires de l'UMP
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 21:56

Kossowski-LasserreLes résultats annoncés déjà par la présidentielle et confirmés par le premier tour se concrétisèrent au second tour: sans surprise, Jacques Kossowski l'emporte largement avec 58,44% des voix contre 41,56% à son opposant socialiste, Jean-André Lasserre. Que retenir alors de ce scrutin?

Que personne n'en sort avec grande satisfaction. D'abord, la participation déclina à 57,51% et ressort ainsi à un niveau guère plus flatteur qu'au plan national. Le candidat socialiste reste loin derrière, même s'il a gagné du terrain par rapport à cinq ans en arrière. Le député sortant se voit réélu, mais au second tour quand il l'avait emporté dès le premier tour au précédent scrutin.

Surtout, cette élection confirme qu'il traîne une épine dans le pied. Comme l'avaient déjà montré les résultats de la présidentielle par bureaux de vote, les quartiers limitrophes de La Défense, ceux qui vont pâtir de l'élévation de la tour Phare (bureaux 25 à 30) et des tours Hermitage (bureaux 13 à 22, hors 18 et 21), ont majoritairement voté pour l'opposition (Jean-André Lasserre dans la 3e circonscription pour les premiers, Marie Brannens dans la 6e circonscription qui regroupe Neuilly-sur-Seine et Puteaux pour les autres).

Geographie-electorale-Courbevoie-copie-2

Difficile de présager ce que cela signifie pour les municipales de 2014. Les législatives relevant d'un choix au niveau national, les préoccupations locales (et donc l'opposition à la construction des tours géantes) pourraient s'affirmer plus fermement au moment des municipales. Surtout si les chantiers ont d'ici-là démarré.

Repost 0
Published by vince vabohda - dans Les primaires de l'UMP
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 21:22

Kossowski-Lasserre.jpgAinsi que nous l'anticipions avec le résultat de l'élection présidentielle du mois dernier, le député-maire UMP sortant de Courbevoie reste en position de force.

Certes, aux précédentes élections législatives, en 2007, Jacques Kossowski l'emportait dès le premier tour avec plus de 56% des voix face à Jean-André Lasserre (18%) tandis que cette année il doit affronter au deuxième tour le même adversaire qui est remonté à 32%. Le ballotage lui est néanmoins extrêmement favorable, avec près de 47% dès le premier tour et un réservoir de voix plus important à droite chez les électeurs des candidats éliminés au premier tour.

Certes, Jacques Kossowki a bénéficié du redécoupage des circonscriptions électorales de 2010, qui a rattaché une partie du canton sud de Courbevoie, majoritairement socialiste, à la 6e circonscription des Hauts-de-Seine qui regroupe par ailleurs les communes de Puteaux et Neuilly-sur-Seine. Mais une simulation du rattachement des bureaux de vote concernés à la 3e circonscription des Hauts-de-Seine, où les votes pour la candidate PS se seraient portés sur Jean-André Lasserre et les votes des deux candidats Divers Droite se seraient portés sur Jacques Kossoswki, donne seulement un point de moins, exactement, à 45,77% à ce dernier, contre 33,3% au candidat du PS.

Le deuxième tour sera sans surprise. La tour Phare a entamé l'aura du député-maire, mais pas encore au point de faire l'emporter l'opposition.

Repost 0
Published by vince vabohda - dans Les primaires de l'UMP
commenter cet article
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 15:58

http://www.mouvementdemocrate.fr/images/petit_logo.gifSur son célèbre blog, Christophe Grébert(1) livre une tribune qui brocarde les électeurs UMP de Puteaux. Ceux-ci devront en effet choisir dimanche 10 juin 2012, au premier tour des législatives, entre un candidat Divers Droite(2) soutenu par l'UMP mais qui en refuse l'investiture, et un candidat soutenu par la députée UMP sortante(3) et qui se revendique de la majorité parlementaire sortante, mais qui a été exclu de l'UMP(4). En clair, aucun candidat de l'UMP ne se présente dans la 6e circonscription des Hauts-de-Seine, qui comprend Puteaux(5). Et l'UMP locale y soutient un candidat autre que l'UMP nationale.

Malgré toute l'estime que je peux porter au combat légitime, honorable et nécessaire que mène Christophe Grébert depuis 10 ans à Puteaux, je ne peux que constater ici que l'hôpital se moque de la charité. Représentant charismatique du MoDem à Puteaux et dans les Hauts-de-Seine, Christophe Grébert ne se présente pas à l'élection. Le MoDem présente à sa place un inconnu(6) sans aucune chance de percer. Pour mémoire, malgré l'action locale de Christophe Grébert, François Bayrou n'a réalisé à Puteaux qu'un petit point de plus (11%) qu'au niveau national à l'élection présidentielle de mai dernier. Le MoDem/Centre pour la France franchira-t-il le seuil des 12,5% au premier tour des législatives avec un candidat fantôme?

Qui plus est, si le candidat du MoDem est officiellement soutenu par Christophe Grébert, celui-ci semble en même temps promouvoir la candidature de son concurrent Divers Droite sur son blog.

Surtout, Sylvie Cancelloni(7), jusqu'ici aux côtés de Christophe Grébert au MoDem et dans sa lutte contre le clan Ceccaldi-Raynaud/Franchi, figure en deuxième position sur la liste Divers Droite et non aux côtés du candidat du MoDem.

Si l'UMP de Puteaux part en déliquescence, ne peut-on donc pas en dire autant du MoDem de Puteaux, finalement? De fait, les deux partis subissent localement le même destin que ce qui leur arrive au niveau national.

Dans le cas précis du MoDem de Puteaux, il semble évident que le parti va apporter son soutien à la liste Divers Droite au second tour. Ce qui, pour Christophe Grébert, relèvera d'une acrobatie délicate, lui qui fut militant socialiste de 2002 à 2007, avant de rejoindre le MoDem en 2008, et se verrait donc apporter son soutien à une liste de droite désormais ; voilà qui n'est pas sans rappeler le parcours de la SFIO à l'UMP du père de la députée sortante, Charles Ceccaldi-Raynaud, prédécesseur de sa fille à la mairie de Puteaux. Une assimilation dont Christophe Grébert se passerait sans doute, vu que le père et sa fille représentent ce qu'il abomine. Cela dit, si le candidat Divers Droite l'emportait au premier tour, le porte-parole du MoDem pourrait alors s'affranchir de cet exercice délicat.

Comme François Bayrou au niveau national, Christophe Grébert au niveau local parvient à attirer l'attention sur sa personne mais échoue à fédérer un mouvement politique qui parviendrait à sortir de l'opposition et prendre le pouvoir. Cela ne présage rien de bon pour sa candidature à la mairie de Puteaux en 2014, à laquelle il prétend se réserver ; heureusement pour lui que Jean-Christophe Fromantin ne peut pas s'y présenter, sauf à renoncer à la mairie de Neuilly-sur-Seine. Après avoir sans aucun doute largement contribué à la déchéance du clan ceccaldiste à Puteaux, entre un PS qui profite de son ascension nationale et une droite renouvelée au niveau local, l'élu centriste est en train de se faire déborder de tous côtés. Ce qui pourrait presque ressembler à une consolation pour l'actuelle maire de Puteaux, son ennemie jurée.

PS: classé dans la catégorie des primaires de l'UMP, ce billet aurait pu à lui seul justifier l'ouverture d'une catégorie les primaires du MoDem...

 

(1)Conseiller municipal d'opposition à Puteaux et porte-parole du MoDem dans les Hauts-de-Seine.

(2)Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly-sur-Seine.

(3)Joëlle Ceccaldi-Raynaud, présidente de l'EPADESA, maire de Puteaux et députée sortante de la 6e circonscription des Hauts-de-Seine, qui avait succédé à Nicolas Sarkozy à ce poste en 2005 et ne s'y représente pas en 2012.

(4)Bernard Lepidi.

(5)Circonscription qui comprend aussi Neuilly-sur-Seine et une partie de Courbevoie.

(6)Franck Faveur.

(7)Conseillère municipale d'opposition à Puteaux, ex-MoDem.

Repost 0
Published by vince vabohda - dans Les primaires de l'UMP
commenter cet article

Présentation

  • : Les dessous du quartier de la Défense
  • Les dessous du quartier de la Défense
  • : La Défense sans la tour Phare, l'EPADESA sans le Prince Jean, le pouvoir aux électeurs au suffrage direct.
  • Contact

Recherche