Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 14:55

Eric Cesari, président de la communauté d'agglomération Seine-DéfenseLa question n'est pas originale, convenons-en : nous la posions déjà le 15 avril 2012... Mais justement, après plus de deux ans, le projet ne semble pas avancer, sans pour autant avoir été abandonné. Qu'en est-il exactement?

Le compte Twitter de la tour Phare continue à diffuser en boucle quotidiennement le même argumentaire sur les performances énergétiques, techniques, architecturales, esthétiques de la tour ainsi que son intégration dans l'environnement et l'absence de nuisances. Mais il reste figé dans le passé, rappelant l'origine du projet, le concours remporté par Thom Mayne fin 2006, rediffusant vidéos et interviews, sans toutefois apporter d'informations nouvelles : aucun calendrier, aucun statut sur les recours juridiques, aucune information sur le financement, encore moins sur d'éventuels occupants.

Un abandon envisagé?

Des rumeurs rapportées en fin d'année dernière par le site défense-92.fr font état d'un possible abandon du projet. Il est vrai que l'abandon de la tour Generali avait de même été précédée de rumeurs similaires. Plus factuellement, l'article cite également Unibail-Rodamco, le promoteur, qui justifie la suspension du projet par un appel qui devait être jugé au 1er trimestre 2014. L'échéance est passée sans pour autant d'annonce.

L'article cite aussi un opposant au projet, le conseiller général socialiste Jean-André Lasserre, pour qui la conjoncture économique dans l'immobilier est défavorable à la mise en œuvre du projet. De fait, les six derniers mois ont vu s'achever la construction à La Défense des tours Carpe Diem, D2 et Majunga, cette dernière étant aussi une réalisation d'Unibail-Rodamco ; toutes trois sont à ce jour sans occupants et surtout, sans occupants annoncés.

Sur le terrain, on constate d'ailleurs que Defacto, l'établissement public en charge de l'entretien de la dalle de La Défense, achève la réfection du revêtement en pavés de la place Carpeaux, place où s'élève aujourd'hui la sculpture du pouce de César mais où devait s'élever demain la tour Phare. Defacto ne parie donc manifestement pas sur un lancement prochain du chantier non plus.

Un environnement cependant plus favorable

S'il n'y avait les trois tours de bureaux récemment livrées à La Défense, la conjoncture immobilière ne serait pourtant pas si défavorable. Par ailleurs, les élections municipales d'avril 2014 ont conforté les maires UMP sortants de Puteaux et Courbevoie, réélus dès le premier tour et favorables au projet, pour ne pas dire plus ; tandis que leurs adversaires socialistes, opposés au projet, ont été relégués à des scores très modestes.

Plus particulièrement, dans l'équipe municipale de Courbevoie, un défenseur discret du projet monte en puissance: Eric Césari, membre de l'appareil politique central de l'UMP, conseiller municipal de Courbevoie en charge du suivi des grands projets concernant La Défense et les territoires limitrophes (sic) et désormais également président de la Communauté d'agglomération Seine-Défense, est de par ses fonctions très proche des promoteurs immobiliers. Or ce cumulard est pressenti pour prendre la succession de Jacques Kossowski à la mairie de Courbevoie, peut-être même au cours du mandat qui vient de commencer. Sans ancrage local, il aura moins de complexes à renoncer entre autres aux conditions d'accès entre Courbevoie et La Défense imposées à Unibail-Rodamco par le maire actuel ; et surtout à activer un projet auquel s'opposent les habitants du Faubourg de l'Arche à Courbevoie.

Partager cet article

Repost 0
Published by vince vabohda - dans Le Phare obscur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les dessous du quartier de la Défense
  • Les dessous du quartier de la Défense
  • : La Défense sans la tour Phare, l'EPADESA sans le Prince Jean, le pouvoir aux électeurs au suffrage direct.
  • Contact

Recherche