Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 20:32

Gaz-dans-l-eau.jpgLe gaz paradoxal. Le quartier abrite le nouveau siège de GDF-Suez depuis mai 2010. Pourquoi Gaz de France a-t-il choisi La Défense? Peut-être parce que le gaz y est interdit, afin d'éviter le risque d'explosion(1)... La centrale de chauffe (mixte gaz-charbon) de la Défense avait en effet explosé en 1994. Rebâtie, elle ne fonctionne plus depuis qu'au fioul lourd, un combustible non-explosif.

L'eau furtive. Cette centrale alimente le quartier -tant les tours de bureaux que les immeubles résidentiels- en eau chaude et eau glacée (pour la climatisation des tours). Ce qui nous amène au deuxième fluide que La Défense gère avec difficulté. Chaque année, pour entretenir ses 35km de réseau (et notamment lutter contre le risque de développement de légionelles), la centrale suspend sa fourniture d'eau chaude. Douche froide de rigueur pendant une semaine chaque été pour les résidents du premier quartier d'affaires d'Europe au XXIe siècle... Les futurs preneurs de m² dans les tours en construction ou à construire sont-ils au courant de cette modernité?

Les écologistes affirmeront que c'est la preuve de l'inanité d'une organisation urbaine surdensifiée et centralisée comme La Défense. L'opposition avancera que cette concession laissée entre des mains privées ne satisfait pas les usagers et devrait retourner entre les mains d'un opérateur public. La majorité soulignera que la centralisation de la production d'eau chaude (et des contrôles de sécurité) a permis d'alimenter un des plus vastes quartiers d'affaires et résidentiel d'Europe en toute sécurité depuis plus de quinze ans, ce que n'aurait pas permis une fragmentation des chaufferies (et de leurs contrôles) par immeuble.

En 2011, on peut néanmoins s'interroger sur la pertinence de maintenir 35km de conduites d'eau à température pour livrer de l'eau à 40°C au robinet de chaque client. Quelle que soit l'isolation de ces conduites, on imagine facilement la déperdition d'énergie entre la centrale et le consommateur final. Et on peut s'interroger sur des solutions modernes, qui permettraient de décentraliser et localiser plus près du consommateur final le chauffage de l'eau froide amenée par le réseau urbain : panneaux solaires thermiques (les nouvelles tours ne clament-elles pas leur ambition environnementale?) et géothermie, par exemple. Où en est d'ailleurs l'étude cofinancée par l'EPADESA sur le potentiel géothermique de La Défense? et avec l'argent de qui l'EPADESA va-t-il indemniser les actuels opérateurs de chaufferie quand il accordera la possibilité aux immeubles du quartier de se chauffer de manière autonome, donc de concurrencer le monopole établi?

(1) Les articles GH37 et GH64 de l'arrêté du 18 octobre 1977 pris en application de l'article R122-4 du Code de la construction et de l'habitation interdisent l'utilisation du gaz dans les IGH (Immeubles de Grande Hauteur).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les dessous du quartier de la Défense
  • Les dessous du quartier de la Défense
  • : La Défense sans la tour Phare, l'EPADESA sans le Prince Jean, le pouvoir aux électeurs au suffrage direct.
  • Contact

Recherche