Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 20:48

Tour SCORTour SFR (tour Sequoïa)Attirer les géants... En attendant, les tours se vident. Aux côtés des vases communicants entre la tour Egée et la Tour First, qui vident la première, c'est désormais SFR qui quitte la tour Sequoïa (55 000 m² ; comme la tour Egée, elle est adjacente à l'emplacement du projet de tour Phare) et SCOR qui quitte la tour du même nom (30 000 m², entre la tour EDF et le centre commercial des Quatre Temps) d'ici la fin de l'année 2011 également.

Voici donc que s'ajoutent 85 000 m² aux 50 000 m² encore vacants de la tour First, aux 100 000 m² inoccupés de Coeur Défense et aux 55 000 m² abandonnés de la tour Egée. Près de 400 000 m² à louer ; pour autant, les projets de construction vont de l'avant, à commencer par la tour Phare (150 000 m²) dont une maquette va être exposée sous peu au CNIT pour rallier les riverains peu enthousiastes.

Les deux derniers partants illustrent de manière assez symptomatique ce dont pâtit la Défense : SFR gagne la Seine-Saint-Denis, pour y trouver des surfaces moins chères ; SCOR gagne le centre de Paris, près de l'Etoile, pour trouver une adresse de prestige. Dans les deux cas, le bât blesse au niveau du rapport qualité/prix.

Pour protéger leur investissement, les propriétaires des tours de la Défense préfèrent ne pas ramener leurs loyers au niveau du marché, post-crise de 2008, quitte à ne pas les louer en attendant des jours meilleurs. Cependant, la croissance de l'offre immobilière sur la Défense et l'émergence d'une offre moderne et moins chère dans d'autres banlieues de Paris ne laissent pas présager des lendemains qui chantent.

Baisser les prix serait un premier moyen de prévenir l'éclatement de la bulle. Investir dans la qualité de l'environnement du quartier, plutôt que dans l'accroissement de l'offre immobilière qui aggrave la déflation, serait un deuxième levier. Les entreprises quittent en effet aussi la Défense parce que:

- à la différence de la City londonienne souvent citée comme référence concurrentielle par l'EPADESA, la Défense est un quartier excentré, mal desservi par les transports en commun (saturés et souffrant souvent de retard) et par les voies routières (également saturées);

- c'est un quartier manquant de prestige : voilà dix ans encore, des bandes s'y affrontaient sur le parvis le week-end. Les tunnels sous la dalle sont noircis par les suies d'échappement. Tous les commerces et la vie s'éteignent après 20h. Personne n'aurait l'idée de venir y dîner;

- c'est un quartier constamment en chantier, notamment pour ceux qui l'abordent par la route: rénovation du tunnel sous la Défense, du CNIT, constructions des tours Carpe Diem et Ava, prolongation du tramway T2, tout ceci après la construction de la 3e tour de la Société Générale et la restructuration de la tour First (ex-AXA).

Certes, le centre commercial des Quatre Temps a été entièrement réhabilité depuis peu et le CNIT a fait peau neuve concommitamment. Les commerces y ouvrent désormais le dimanche, ce qui maintient l'animation du quartier y compris en dehors des jours ouvrés. La mise aux normes de sécurité du tunnel sous la Défense s'accompagne d'un éclaircissement de ses revêtements précédemment noirs.

Mais les transports restent le point noir, et il est surprenant de constater que la réponse qui y est apportée avec le Grand Paris est, encore une fois, toujours plus de quantité (RER E, prolongement du tramway T2, gare TGV, liaison avec les aéroports), là où les attentes concernent davantage la qualité.

Le résultat est connu d'avance : toujours plus de départs...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les dessous du quartier de la Défense
  • Les dessous du quartier de la Défense
  • : La Défense sans la tour Phare, l'EPADESA sans le Prince Jean, le pouvoir aux électeurs au suffrage direct.
  • Contact

Recherche